La Parálisis cerebral

 

La semana pasada, hice una interpretación voluntaria para una asociación valenciana, con colegas del máster. Me gustaría compartir esta experiencia profesional y también personal, rica en emociones.

Hace unos años, una bailarina profesional, una fisioterapeuta y una madre cuya hija padece la parálisis cerebral (PC), crearon la asociación BalletVale+ en Valencia. ¡¿Por qué una bailarina profesional?! El objetivo de esta asociación es demostrar la eficacia de la terapia a través del baile y la música. BalletVale+ reúne varias familias cuyos hijos padecen la parálisis cerebral y ofrece clases de baile, siempre bajo la supervisión de fisioterapeutas que son también bailarinas.

El diccionario de la academia francesa de medicina define la PC de la siguiente manera:

“Conjunto de trastornos motores no evolutivos, secuelas de lesiones cerebrales que ocurren en el periodo prenatal, perinatal, postnatal o durante los primeros meses de la vida y se asocian a unos déficits motores, trastornos del tono, espasticidad, y cuyo tipo y gravedad dependen de la localización y el alcance de la afección cerebral.”

La causa de la PC no es genética: puede ser por una malformación cerebral del niño o de una enfermedad de la madre durante el embarazo, complicaciones durante el parto, traumas durante los primeros años del niño, etc. De un niño a otro, el diagnóstico, las causas, los síntomas y la evolución pueden ser totalmente distintos, lo que implica un enfoque y un tratamiento de la enfermedad diferentes. Unos padecen una ligera discapacidad física y otros un retraso psicomotor grave que será incapacitante durante toda la vida.

La asociación obtuvo una financiación para traer desde los Estados Unidos a una bailarina quien ha desarrollado una terapia entera con el baile y el movimiento, y un actor con PC que supera poco a poco la discapacidad y ha hecho progresos espectaculares en poco tiempo gracias al baile clásico. Vinieron para dar un curso de una semana en la cual encontraron a los niños y padres.

Para esta interpretación, revisé todo mi vocabulario sobre la anatomía humana y ¡me preparé para hacer un doble retour del inglés al español! Éramos 5 intérpretes y nos organizamos con antelación para los diferentes turnos. El primer día, nos pusimos de acuerdo para llegar antes para prepararnos y presentarnos a todos. Antes de empezar, problemas “técnicos” se manifestaron: ¡¿Cómo pedir a niños de 5 a 12 años que queden quietos con auriculares en los oídos?! Entendimos pronto que además de la simultánea, tendríamos que hacer un chuchotage.

Durante esta semana, tuve que desaprender lo que sabía de la interpretación. En ningún momento de la formación practicamos con discursos dirigidos a niños, menos a niños que padecen una discapacidad (allí, la mayoría se expresaba con dificultad). Cuando no tenía el micro, estaba sentada en el suelo entre dos niños e interpretaba no sólo las palabras de la ponente sino también sus movimientos, sus risas y sus cantos. Los niños entendieron rápido que no entendían el idioma de Tamar y ¡se acercaron a los intérpretes espontáneamente! A veces, es difícil delimitar el personal y el profesional pero creo que hace parte de las cualidades de un buen intérprete el saber adaptarse a su público. Cuando nos conformábamos con traducir cada palabra sin seguir los gestos, los niños dejaban de escuchar. Durante esta semana, todos aprendimos mucho sobre nosotros mismos y nuestra capacidad a gestionar las emociones. Algunos momentos fueron difíciles emocionalmente, estos niños tienen una valentía increíble y una comprensión extraordinaria de su enfermedad para la edad que tienen. El tercer día, ¡la mayoría ya sabía nombrar las diferentes partes del cuerpo en inglés!

Creo que nunca antes he usado mi tiempo de manera tan útil. Repasé mi anatomía en tres idiomas, aprendí a hacer bailar las unas y el esternón, y evolucioné como persona e intérprete. La interpretación médica es enriquecedora en todos sentidos sobre todo cuando tratamos directamente de una enfermedad con el público afectado: nos pide el profesionalismo de rigor (conocimiento del asunto y dominio del vocabulario) pero también cualidades personales fundamentales como la empatía, la dulzura y la tolerancia.

 

 

REFERENCIAS

 

https://www.youtube.com/watch?v=spu9iMwN1wU

http://www.esthermortes.com/noticias/el-video-que-inspiro-balletvale-traducido#!/ballet-vale

http://www.enterthefaun.com/

http://www.integrascol.fr/fichemaladie.php?id=39

http://dictionnaire.academie-medecine.fr/?q=Infirmit%C3%A9+Motrice+C%C3%A9r%C3%A9brale

 

 

L’Infirmité motrice d’origine cérébrale

 

La semaine dernière, j’ai fait une interprétation bénévole pour une association valencienne, avec des amis du master. J’aimerais partager cette expérience professionnelle et aussi personnelle, riche en émotions.

Il y a quelques années, une danseuse classique professionnelle, une kinésithérapeute et une mère dont la fille est atteinte d’infirmité motrice d’origine cérébrale (IMOC), ont créé l’association BalletVale+ à Valencia. Pourquoi une danseuse professionnelle ?! L’objectif de cette association est de démontrer l’efficacité de la thérapie à travers la danse et la musique. BalletVale+ réunit plusieurs familles dont les enfants sont atteints d’IMOC et propose des cours de danse, toujours supervisés par des kinésithérapeutes qui sont elles-mêmes danseuses.

L’Infirmité motrice d’origine cérébrale, aussi connue comme paralysie cérébrale (PC) est définie comme suit par le dictionnaire médical de l’académie française de médecine :

« Ensemble de troubles moteurs non évolutifs, séquelles de lésions cérébrales survenues en période prénatale, périnatale, postnatale ou dans les premiers mois de la vie associant des déficits moteurs, des troubles du tonus, une spasticité et dont le type et la gravité dépendent de la localisation et de l’étendue de l’atteinte cérébrale. »

La cause de l’IMOC n’est pas génétique : elle peut être due à une malformation cérébrale de l’enfant ou une maladie de la mère pendant la grossesse, des complications pendant l’accouchement, des traumatismes pendant les premières années de l’enfant, etc. D’un enfant à l’autre, le diagnostic, les causes, les symptômes et l’évolution peuvent être complètement différents ce qui implique une approche et un traitement de la maladie bien distincts. Certains souffrent d’une légère infirmité physique, d’autres d’un retard psychomoteur grave qui est handicapant tout le long de leur vie.

L’association a obtenu un financement pour faire venir des États-Unis une danseuse qui a développé toute une thérapie autour de la danse et du mouvement, et un acteur atteint de PC qui surmonte petit à petit son infirmité et a fait des progrès spectaculaires en peu de temps grâce à la danse classique. Ils sont venus pour donner un stage d’une semaine pendant lequel ils ont rencontré les enfants et parents.

Pour cette interprétation, j’ai revu tout mon vocabulaire sur l’anatomie humaine et je me suis préparée pour un double retour de l’anglais vers l’espagnol ! Nous étions 5 interprètes et nous étions organisés à l’avance pour les différents tours. Le premier jour, on s’était mis d’accord pour être tous présents à l’avance pour nous préparer et nous présenter. Avant de commencer, des problèmes « techniques » se sont manifestés : comment demander à des enfants entre 5 et 12 ans de rester tranquilles avec des écouteurs dans les oreilles ?! On a vite compris qu’en plus de la simultanée, il faudrait aussi faire du chuchotage.

Pendant cette semaine, j’ai dû désapprendre ce que je savais de l’interprétation. À aucun moment pendant la formation, nous nous sommes exercés à l’interprétation d’un discours pour des enfants, encore moins des enfants atteints d’une infirmité (ici la majorité s’exprimait difficilement). Quand je n’avais pas le micro, j’étais assise par terre entre deux enfants à interpréter non seulement les mots de l’oratrice mais aussi ses mouvements, ses rires et ses chants. Les enfants ont vite compris qu’ils ne comprenaient pas la langue de Tamar et se sont spontanément rapprochés des interprètes ! Parfois, c’est difficile de délimiter le personnel et le professionnel mais je crois que ça fait partie des qualités d’un bon interprète de savoir s’adapter à son public : quand on se contentait de traduire mot à mot sans suivre les gestes, les enfants n’écoutaient plus. Pendant cette semaine, nous avons tous beaucoup appris sur nous-mêmes et notre capacité à gérer nos émotions. Certains instants ont été durs émotionnellement, ces enfants ont un courage incroyable et une compréhension de leur maladie hors du commun pour leur âge. Le troisième jour, la plupart savait déjà nommer les différentes parties du corps en anglais !

Je crois que je n’ai jamais aussi bien utilisé mon temps que durant cette semaine. J’ai revisité mon anatomie dans trois langues, j’ai appris à faire danser mes ongles et mon sternum et j’ai évolué en tant que personne et interprète. L’interprétation médicale est enrichissante à tous les niveaux surtout quand on traite directement d’une maladie avec le public concerné : elle demande le professionnalisme de rigueur (connaissance du sujet et maîtrise du vocabulaire) mais aussi des qualités personnelles fondamentales comme l’empathie, la douceur et la tolérance.

 

 

RÉFÉRENCES

 

https://www.youtube.com/watch?v=spu9iMwN1wU

http://www.esthermortes.com/noticias/el-video-que-inspiro-balletvale-traducido#!/ballet-vale

http://www.enterthefaun.com/

http://www.integrascol.fr/fichemaladie.php?id=39

http://dictionnaire.academie-medecine.fr/?q=Infirmit%C3%A9+Motrice+C%C3%A9r%C3%A9brale

 

 

Diabète, Diagnostic, Dialyse, Diapédèse, Diaphyse, Diarrhée, Diastole

 

Diabète, n.m. : affection du pancréas entraînant des dysfonctionnements de la sécrétion d’insuline, caractérisé par une polyurie.

Étymologie : du grec diabêtês, du verbe diabainen qui signifie traverser, dia veut dire à travers ou à part dans le sens de séparer et bainen veut dire aller. En effet, le diabète signifie traversée de l’organisme et, dans le langage médical courant, il s’agit du passage du glucose dans les urines (diabète sucré).

Équivalent : diabetes en anglais, diabetes en espagnol.

 

Diagnostic, n.m. : ce qui permet de reconnaître, de désigner, d’identifier, de nommer la maladie.

Étymologie : du grec diagnostikos, dia veut dire à travers ou à part dans le sens de séparer et gnosia qui veut dire connaissance.

Équivalent : diagnosis, diagnostic, diagnosing, ou prognosis en anglais, diagnóstico ou diagnosis (moins courant) en espagnol.

 

Dialyse

 

 

Dialyse, n.f. : technique permettant des échanges entre deux liquides de composition différente séparés par une membrane semi-perméable. Les techniques de dialyse sont utilisées comme méthode « d’épuration » dans le traitement de l’insuffisance rénale aigüe et chronique.

Dialyse 2Étymologie : du grec dialysis qui signifie dissolution, décomposition, dia veut dire à travers ou à part dans le sens de séparer et lyein qui veut dire séparer ou décomposer.

Équivalent : dialysis en anglais, diálisis en espagnol.

 

 

 

Diapédèse, n.f. : sortie des leucocytes du système circulatoire pour passer au travers des cellules endothéliales, en particulier au cours des réactions inflammatoires. Transmigration est un synonyme de diapédèse.

Étymologie : du grec diapedan qui signifie traverser, dia veut dire à travers ou à part dans le sens de séparer et peda qui veut dire sauter, jailir.

Équivalent : diapedesis (moins courant) ou leukocyte extravasation en anglais, diapédesis en espagnol.

Diaphyse

 

Diaphyse, n.f. : partie médiane d’un os long.

Étymologie : du grec diaphysis qui signifie interstice ou division, dia veut dire à travers ou à part dans le sens de séparer et physis veut dire nature ou formation.

Équivalent : dyaphysis ou shaft (précédé l’adjectif qualificatif de l’os concerné, par exemple femoral shatf) en anglais, diáfisis en espagnol.

 

 

Diarrhée, n.f. : émission de selles liquides, trop fréquentes et abondantes.

Étymologie : du grec diarrhoia qui signifie écoulement ou flux du ventre, dia veut dire à travers ou à part dans le sens de séparer et rrhoia veut dire flux

Équivalent : diarrhoea (GB) ou diarrhea (US) en anglais, diarrea en espagnol.

 

Diastole, n.f. : période du cycle de contraction cardiaque correspondant au relâchement des fibres musculaires myocardiques et au remplissage des cavités auriculaires et ventriculaires.

Étymologie : du grec diastole qui signifie dilatation, expansion, dia veut dire à travers ou à part dans le sens de séparer et stole veut dire étirement, dilatation.

Équivalent : diastole en anglais, diástole en espagnol.

Diastole

 

RÉFÉRENCES

 

Anatomie et vocabulaire médical, Evelyne Berdagué-Boutet, Éditions Estem-De Boeck, 2014

http://dictionnaire.academie-medecine.fr/

http://www.littre.org/definition/

http://dicciomed.eusal.es/busqueda/

http://www.linguee.fr/francais-anglais/

http://www.cnrtl.fr/etymologie/

http://www.etymonline.com/

Démence, Dendrite, Déontologie, Dermatologie, Dermatose, Déshydratation

 

Démence, n.f. : 1) atteinte le plus souvent irréversible des facultés intellectuelles, acquise, par opposition aux diverses formes d’arriération mentale, d’origine congénitale.

2) Développement de multiples déficits cognitifs, dus aux effets physiologiques directs d’une affection médicale générale, de l’usage d’une « substance », ou à de multiples étiologies

Étymologie : du latin dementia qui veut dire folie, de, préfixe qui indique l’extérieur ou en dehors de et mens qui veut dire esprit, intelligence.

Équivalent : dementia (pouvait se lire demency au 16ème siècle par anglicisation du terme français), insanity ou madness en anglais, demencia en espagnol.

 

Dendrite, n.f. : prolongement cytoplasmique du neurone, généralement plus court que l’axone. Quelques synonymes : cytodendrite, dendrone, neurodendrite, prolongement dendritique, prolongement protoplasmique.

Étymologie : du grec dendrites, lui-même dérivé de dendron qui veut dire arbre. Attention, ici le suffixe ite se rapporte à l’élément anatomique, non à l’inflammation.

Équivalent : dendrite, dendritic process, cytodendrite, neurodendrite en anglais, dendrita, prolongaciones dendríticas, árbol dendrítico en espagnol.

Amis anglophones et hispanophones, votre apport est le bienvenu pour compléter avec des synonymes !

Dendrite

Déontologie, n.f. : ensemble de règles morales et devoirs éthiques qui régissent une profession.

Étymologie : du grec deon et deontos qui veut dire devoir, ce qu’il convient de faire et logos qui veut dire discours, doctrine, science.

Équivalent : deontology, et medical ethics quand il s’agit de la déontologie médicale en anglais, deontología en espagnol.

 

Dermatologie, n.f. : branche de la médecine consacrée à l’étude de la peau et ses maladies.

Étymologie : du grec derma qui veut dire peau et logos que nous avons vu plus haut.

Équivalent : dermatology en anglais, dermatología en espagnol.

 

Dermatose, n.f. : nom générique de toutes les affections de la peau.

Étymologie : Nom créé par le médecin français J.-L. Alibert en 1832, à partir du grec derma et du suffixe ose qui désigne une dégénérescence.

Équivalent : dermatosis, cutaneous condition ou skin disease en anglais, dermatosis, enfermedad cutánea ou enfermedad de la piel en espagnol.

 

Déshydratation, n.f. : ensemble des symptômes consécutifs à un manque d’eau et de sels minéraux dans l’organisme.

Étymologie : du verbe hydrater créé en 1800 par le chimiste français J. L. Proust, à partir du grec hydr venant de hydor qui veut dire eau et ato qui veut dire sel ou ester. Plus tard est apparu déshydratation avec le préfixe dés qui indique le contraire d’une action et le suffixe ion qui désigne l’action, le processus.

Équivalent : dehydration en anglais, deshidratación en espagnol.

 

 

RÉFÉRENCES

 

Anatomie et vocabulaire médical, Evelyne Berdagué-Boutet, Éditions Estem-De Boeck, 2014

http://dictionnaire.academie-medecine.fr/

http://www.littre.org/definition/

http://dicciomed.eusal.es/busqueda/

http://www.linguee.fr/francais-anglais/

http://www.cnrtl.fr/etymologie/

http://www.etymonline.com/

Daltonisme, Décalcification, Décubitus, Déficience, Dégénérescence, Déglutition

 

Daltonisme, n.m. : dyschromatopsie héréditaire, impossibilité de différencier certaines couleurs.

Étymologie : du chimiste anglais J. Dalton qui a découvert et décrit cette anomalie dont il était lui-même atteint, en 1794.

Équivalent : daltonism en anglais, daltonismo en espagnol.

Daltonisme

 

Décalcification, n.f. : défaut de fixation du calcium qui provoque un appauvrissement du squelette en calcium. Elle expose à une fréquence plus grade de fractures.

Étymologie : du latin de qui désigne la diminution ou l’éloignement, calx ou calcis qui veut dire chaux, fic du verbe facere qui veut dire faire et le suffixe ion qui désigne l’action.

Équivalent : decalcification, calcium depletion ou calcium loss en anglais, descalcificación  en espagnol.

 

Décubitus, n.m. : attitude du corps reposant sur un plan horizontal ; il peut être dorsal, latéral ou ventral.

Étymologie : du latin decubitu, de qui désigne la diminution et cubitu du verbe cumbere qui veut dire s’allonger.

Équivalent : decubitus en anglais, decúbito en espagnol.

 

Déficience, n.f. : altération temporaire ou définitive d’une structure, d’une fonction anatomique, physiologique ou psychologique.

Étymologie : du latin deficere qui veut dire manquer, de qui désigne la diminution et fic du verbe facere qui veut dire faire.

Équivalent : deficiency, impairment ou disability en anglais, deficiencia ou discapacidad en espagnol.

 

Dégénérescence, n.f. : altération progressive et souvent irréversible d’un tissu ou de sa fonction.

Étymologie : du latin degenerare qui veut dire dégénérer, à l’origine il s’agissait d’avoir des qualités inférieures à celles de ses ancêtres. Genus veut dire naissance, descendance.

Équivalent : degeneration en anglais, degeneración ou deterioro  en espagnol.

 

Déglutition, n.f. : action de déglutir, faire passer le contenu buccal à l’estomac.

Étymologie : du latin deglutire qui veut dire avaler.

Équivalent : swallowing ou deglutition en anglais, deglución en espagnol.

Déglutition

 

 

RÉFÉRENCES

 

Anatomie et vocabulaire médical, Evelyne Berdagué-Boutet, Éditions Estem-De Boeck, 2014

http://dictionnaire.academie-medecine.fr/

http://www.littre.org/definition/

http://dicciomed.eusal.es/busqueda/

http://www.linguee.fr/francais-anglais/

http://www.cnrtl.fr/etymologie/

http://www.etymonline.com/

Articles plus anciens «