«

»

3 Jours de jeûne : comment et quels ont été les effets (Partie 1)

Feel free to share 🙂

Jeûne

En novembre dernier, j’ai lu le titre suivant sur un article d’une page FaceBook que je suis : Fasting for three days can regenerate entire immune system, study finds. J’avais déjà entendu parler des bienfaits du jeûne mais de façon assez informelle et sans explication scientifique. Piquée de curiosité, j’ai décidé de me lancer avant même de lire l’article correspondant ! J’aimerais vous raconter brièvement comment se sont déroulés ces trois jours et partager les découvertes que j’ai faites ultérieurement sur les effets du jeûne sur le corps et en particulier sur le mental. Avant cela, je tiens à vous préciser que je me suis permise de le faire car je jouis d’une bonne santé physique et que je ne souffre d’aucune maladie à ce jour. Dans le cas contraire, j’y aurais réfléchi à deux fois et l’aurais fait avec un accompagnement médical.

Jour 1 – J’ai commencé le jeûne un mardi après avoir dîné une soupe de légumes la veille. Mardi matin, j’ai bu un café noir comme d’habitude et j’ai démarré la journée normalement. J’ai commencé à ressentir la faim vers 13 heures et me suis préparée une infusion dépurative (sans sucre évidemment !). En milieu de journée, j’ai bu un café de nouveau mais avec de la cannelle cette fois pour le bon goût, à aucun moment je n’ai ressenti de fatigue ou de baisse d’énergie. Cependant, mon estomac a grogné plusieurs fois dans la journée et enfin vers 22 heures : j’ai faim !

Jour 2 – Mercredi matin, réveil en forme, je bois un café à la cannelle et par curiosité je fais une recherche sur la mono-diète au sirop d’érable dont m’a parlé un ami. Il s’agit d’un jeûne pouvant aller jusqu’à dix jours et pendant lequel le jeûneur n’est autorisé qu’à boire du sirop d’érable dilué dans de l’eau. Personnellement, je ne crois pas qu’il soit judicieux de ne consommer que du « sucre » alors que l’on a le ventre vide, mais j’aborderai cela dans un autre article. Ma journée s’est assez bien déroulée et je n’ai pas eu faim cette fois, mon ventre n’a pas grogné non plus. En revanche, je me suis forcée à boire de l’eau et des infusions parce que je me suis aperçue que je n’avais pas de sensation de soif. Ce jour-là, en réalité j’ai ressenti quelque chose de très agréable que j’ai du mal à expliquer. J’avais la sensation d’avoir tous les sens en éveil, la vue et l’ouïe en particulier. J’ai aussi constaté une meilleure concentration ou peut-être attention à ce qui m’entourait : je me suis sentie vive. Je n’ai pas eu de baisse de régime, au contraire j’étais bien et légère dans mes déplacements. Finalement, j’ai commencé à avoir faim vers 20h…

Jour 3 – Jeudi, troisième et dernier jour, je vais être sincère avec vous, je me suis réveillée avec une haleine désagréable et la bouche assez pâteuse. Un médecin m’a dit par la suite que c’était probablement dû au manque de minéraux provoqué par le jeûne et m’a conseillé de boire de l’eau salée et la prochaine fois, boire des jus de légumes crus pendant le jeûne. La journée s’est bien passée mais j’ai commencé à avoir des vertiges et maux de tête vers 18 heures, un peu avant la rupture du jeûne. C’est un phénomène observé dans beaucoup de cas de jeûne long et qui se produit entre le deuxième et le quatrième jour. Passé le quatrième jour, il semble que les vertiges ou migraines disparaissent. La sensation agréable de la veille était toujours présente. Enfin vers 20 heures j’ai rompu le jeûne avec un avocat, de l’huile d’olive, des olives et des noix. Je n’avais pas plus faim que cela.

J’ai commencé à manger normalement le jour suivant mais par quantités réduites. Bien sûr les vertiges ont totalement disparu mais la sensation agréable décrite lors du deuxième jour, elle, a perduré pendant quelques jours ! Il y en a qui l’appelle l’état euphorique du jeûne et je n’aurais pas de meilleur mot pour le définir.

Quelques aspects notables de ce jeûne :

  • J’ai perdu un kilo que je n’ai pas repris par la suite, tout simplement parce que je ne me suis pas forcée à manger beaucoup ou plus après le jeûne : j’ai écouté mon corps et j’ai repris une alimentation « normale » progressivement ;
  • Le plus dur au final quand on jeûne n’est pas de se priver de nourriture mais plutôt de vie sociale ! pendant ces trois jours j’ai dû refuser les invitations à manger ;
  • Le dernier jour je suis allée faire des courses au marché : franchement si vous connaissez une âme charitable qui puisse le faire pour vous, abusez de sa générosité ! c’était dur d’être entourée de nourriture avec le ventre vide, et plus dur encore de dire au primeur que oui vous lui achetez ses bonnes olives mais que non vous refusez d’y goûter.

Voici donc mon expérience de jeûne de 3 jours. J’aborderai dans la deuxième partie de l’article les effets du jeûne découverts par la science et la recherche, notamment sur les fonctions cognitives car c’est ce qui nous intéresse en tant qu’interprètes. Qu’en est-il de vous ? Je serais heureuse de vous lire si vous l’avez déjà fait. N’hésitez pas à commenter cet article, donner votre opinion, poser des questions. J’essaierai d’y répondre dans la deuxième partie ou sinon directement dans les commentaires.

(4 commentaires)

Passer au formulaire de commentaire

  1. belén

    Très intéressant. Je crois que par ce jeûne tu as provoqué un état de cétose (c’est physiologique, pas pathologique chez une personne saine, donc pas de panique), ce qui explique la sensation de bouche pâteuse, mauvaise haleine et légèreté. Le corps se met en état de veille et de guète (comme les chasseurs autrefois), d’où cette vivacité dont tu nous parles. Je n’ai jamais fait trois jours de jeûne mais j’ai ressenti l’entrée en cétose après épuisement des réserves de glucose. Je trouve vraiment intéressant de mener notre corps à des situations différentes pour connaître un peu mieux nos réactions!

    1. L'interprète médical

      Je suis totalement d’accord avec toi, cette privation m’a beaucoup apporté d’un point de vue physique et psychologique. Je suis maintenant habituée au jeûne intermittent une fois par semaine et c’est très agréable de mieux connaître son corps. Concernant la cétose, j’en ai entendu parlé il y peu et c’est vraiment intéressant de voir à quel point nous sommes résistants. J’ai hâte de recommencer, je dois maintenant trouver la « bonne période » c’est à dire une semaine où je n’ai pas d’obligations sociales. Si tu lis la deuxième partie de l’article tu pourras voir le commentaire de Benoît qui a fait un jeûne plus long et qui détaille les effets jour après jour. Le corps humain est une machine formidable !

  2. Benoît

    Bonjour et bravo pour ton blog!

    J’ai fait un « juice fast » de 8 jours il y a 1 an, c’est à dire que j’ai bu des jus de légumes crus environ toutes les 3 heures. C’est sans doute ce qu’à recommandé ton médecin.

    J’ai eu des effets similaires aux tiens, à savoir la bouche et surtout la langue pâteuse à partir du 4ème jour.
    C’était assez gênant et donc pour améliorer ça, j’ai fait des bains de bouches régulier avec de l’huile de noix de coco. C’est très efficace.
    De ce que j’avais lu à l’époque, c’est bon signe comme effet, c’est une detoxification du foie qui s’opère. Je ne peux pas confirmer cela au niveau scientifique. Par contre je ne pense pas que ce soit lié au manque de minéraux comme l’a suggéré ton médecin car dans le cadre d’un « juice fast » on a un apport en vitamines et en minéraux bien supérieur à la normale.

    Le 5ème jour, je me suis senti vraiment mal, j’avais l’impression d’être complètement intoxiqué, même mes yeux étaient chargés, j’avais mal à la tête, je ne pouvais rien faire.

    À partir du 7ème jour j’allais très bien à nouveau, je n’avais plus du tout envie de nourriture solide.

    Le 8ème jour j’ai fait du sport, marche rapide et musculation. Je ne me suis jamais senti aussi en forme.

    Ensuite j’ai du arrêter pour des raisons sociales, mais j’aurais aimé continuer.

    L’après « jeûne » a été le plus difficile. Mon corps refusait toute nourriture solide pendant 10 jours. Je pensais que je n’arriverais plus jamais à manger normalement.

    Mais le bilan reste positif, de toutes les cures naturelles que j’ai testé, c’est celle qui produit le plus d’effets.

    Benoît (co-créateur d’Interpreters’ Help)

    1. L'interprète médical

      Bonjour Benoît !
      Merci pour le partage, c’est vraiment intéressant. Je retiens l’astuce de l’huile de coco pour la prochaine fois car je crois que je vais bientôt recommencer. J’aimerais essayer plus de trois jours mais comme tu dis pour des raisons sociales, ça se complique. Je vais prochainement publier un article sur les découvertes que j’ai faites d’un point de vue scientifique. Est-ce que tu as l’intention de le refaire ? Ça serait intéressant de comparer la réaction du corps lors de la deuxième fois.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>